Ascension du Kilimandjaro par la voie Lemosho, jour 1 et 2

0 photos

Lorsque j’ai décidé que je voulais tenter l’ascension du Kilimandjaro, volcan mythique et plus haut sommet d’Afrique qui culmine à 5895 mètres, encore fallait-il se décider sur un itinéraire, car il en existe plusieurs…. Marangu, Machame, Lemosho, Shira, Rongai, Umbwe… tout cela ne m’évoquait pas grand-chose… Comment choisir ? 85 % des gens choisissent les voies Marangu ou Machame, de loin les plus populaires. Pourquoi est-ce que je choisirais une autre route ?

Après avoir bien étudié tous les itinéraires, ma préférence va pourtant pour la voie Lemosho – Western breach (8 jours – 7 nuits), plus longue, beaucoup moins fréquentée que les voies Machame ou Marangu, plus aventureuse (et dangereuse) avec l’ascension de la Western breach. En plus, toute l’ascension se fait de jour et l’exploration des glaciers et de la zone du cratère est possible en dormant à Crater Camp à plus de 5700 mètres d’altitude. Bref, c’est décidé, si je tente l’ascension du Kilimandjaro, ce sera par cet itinéraire !

Itinéraire choisi, il me reste à trouver un prestataire. Je finis par tomber sur le site de Serengeti Pride qui me séduit d’emblée. Ce n’est pas un opérateur lowcost qui paye les porteurs au lance-pierres ou qui les surchargent. Cette agence est partenaire de l’association KPAP (Kilimanjaro Porters Assistance Project) qui a été créé pour améliorer leurs conditions de travail en les équipant gratuitement ou en leur donnant des leçons d’anglais, par exemple.

Me voilà donc débarquant dans le petit aéroport JRO ce dimanche 30 août 2015. Ça fait un bien fou de refouler le continent noir, près de sept ans après mon dernier voyage en Éthiopie. Le chauffeur est là, il m’attend. Il s’appelle Daudi Olkery. C’est un guide de safari en principe, mais le tourisme en Tanzanie est un peu en berne, la faute à ebola (qui n’est pourtant pas présente dans le pays) et aux attaques des shebabs au Kenya. Pauvre Afrique ! Quand est-ce que ton potentiel sera reconnu à sa juste valeur ?

Il faut près d’une heure pour rejoindre mon hôtel dans les environs d’Arusha.

Le lendemain, je fais la connaissance de mon guide, Dismas Agger, autour d’une boisson de circonstance (une pour chaque jambe).

Bière Kilimanjaro Premium Lager, Tanzanie

Il m’informe que je serai le seul client dans cette tentative d’ascension ce qui ne me pose aucun problème (vous avez dit antisocial ?). Il me demande si je compte prendre du Diamox (médicament souvent prescrit pour éviter le mal aigu des montagnes) ou des antipaludéens. Je réponds par la négative, je n’ai prévu que de l’ibuprofène contre les maux de tête. Il a besoin de ces informations pour pouvoir poser un diagnostic au cas où je me trouverais mal lorsque nous serons en altitude. Il me montre également le chemin sur la carte que nous allons prendre, même si je le connais par cœur. J’ai déjà passé des heures devant Google maps en rêvant de cette montagne.

Voici l’itinéraire des deux premiers jours :

Nouvelle carte du Kilimandjaro, Tanzanie

Voie Lemosho jour 1, de Lemosho Gate à Forest Camp (+ 450 mètres de dénivelé)

Le lendemain, nous quittons Arusha et nous roulons pendant environ trois heures jusqu’à Londorosi Gate pour obtenir les permis pour le parc. C’est également ici que je rencontre les douze porteurs et le cuisinier qui feront partie de l’équipe en plus du guide. Je suis très étonné par ce nombre pour moi tout seul, l’ascension du Kilimandjaro demande assurément une logistique conséquente, surtout si une nuit à Crater Camp est au programme.

La charge des porteurs est rigoureusement pesée sous la supervision du guide et celle-ci ne doit pas dépasser 20 kg par personne.

Nous reprenons les véhicules jusqu’à Lemosho Gate situé à 2350 mètres d’altitude bien que le panneau indique 2100 mètres…  Le GPS ne se trompe jamais, contrairement à nous, simples mortels. Depuis ici, le Kilimandjaro est un concept assez abstrait, nulle trace du sommet et de ses glaciers. Nous nous trouvons dans une forêt tropicale en short et t-shirt et c’est le vert qui domine.

C’est depuis cette porte que commence le trek et je suis plus qu’impatient d’en découdre enfin avec le toit de l’Afrique. L’étape du jour est plutôt courte, et ressemble plutôt à une simple mise en jambes.

Le programme mentionne 4 à 5 heures de marche mais il nous faut seulement 1 heure et 40 minutes pour atteindre Forest Camp (Mti Mkubwa) à 2800 mètres d’altitude, où nous allons passer la nuit. Toute cette étape se déroule dans une belle forêt tropicale sur un sentier bien emménagé avec quelques singes bleus (Cercopithecus mitis) et colobes guéréza (Colobus guereza) en invités surprise.

Il y a quelques autres groupes dans le campement mais ce n’est clairement pas la foule.

Voie Lemosho jour 2, de Forest Camp à Shira 1 Camp (+ 700 mètres de dénivelé)

L’étape du jour est un peu plus sérieuse que celle d’hier. Elle doit nous permettre de rejoindre Shira 1 Camp à 3500 mètres d’altitude, soit un dénivelé positif de 700 mètres. Nous partons vers 9 heures et les trois premiers kilomètres sont en enchaînement de montées et de descentes. Après environ une heure, nous quittons la forêt tropicale pour une nouvelle zone climatique, une zone de lande de bruyères. Un porteur s’arrête pour ramasser des herbes médicinales qu’il apportera dans son village. En plus de donner un job à de nombreux tanzaniens, la montagne les soignent également. Après deux heures, nous nous arrêtons pour le repas.

Ensuite, la montée se fait beaucoup plus raide mais le rythme Pole Pole (lentement) ne permet pas vraiment de s’essouffler. Nous arrivons enfin sur un plateau, le plateau de Shira à près de 3500 mètres d’altitude. Le peu qu’il reste à parcourir jusqu’au campement est plutôt plat.

C’est la première fois que nous pouvons deviner où se trouve Kibo, le sommet, mais celui-ci est caché par une épaisse couche nuageuse qui tend à se dissiper en fin d’après-midi. Le camp Shira 1 est très différent du campement de la veille, il n’y a plus d’arbres. Nous nous trouvons sur une plaine exposée à tous les vents qui heureusement, n’ont pas décidés de se lever.

Nous sommes encore loin du sommet mais pour l’instant, tout va bien. Je ne ressens pas de fatigue ni aucun symptôme lié à l’altitude. Nous avons avalé cette étape en à peine 6 heures (pause de 1 heure 30 comprise) alors que le programme mentionnait 6 à 9 heures de marche.

La nuit tombe et le ciel étoilé se révèle magnifique, loin de toute pollution lumineuse.

À suivre ⇒ Ascension du Kilimandjaro par la voie Lemosho, jour 3

Ascension effectuée en septembre 2015

Les photos des deux premiers jours de l’ascension du Kilimandjaro, voie Lemosho :

Voiture 4x4 à la porte Lemosho sur le Kilimandjaro, Tanzanie

La porte de Londorosi au Kilimandjaro, Tanzanie   Pesée des sacs pour les porteurs du Kilimandjaro, Tanzanie

Porteur avec un sac sur la tête au Kilimandjaro

Forêt tropicale et sentier sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Sentier de la voie Lemosho dans la forêt tropicale, Tanzanie

Porteurs dans la forêt tropicale sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Porteurs avec des sacs sur la tête au Kilimandjaro, Tanzanie

Forêt tropical dense au Kilimandjaro, Tanzanie

Porteurs sur la voie Lemosho dans la forêt du Kilimandjaro, Tanzanie

Forêt tropicale humide près de Forest camp sur le Kilimandjaro

Singe bleu à Forest camp sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Forêt tropicale au camp Mti Mkubwa sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Tentes à Forest camp sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Bivouac de Forest camp au petit matin, Tanzanie

Singe bleu du Kilimandjaro à Forest camp, Tanzanie

Porteurs du Kilimandjaro qui discutent à Forest Camp, Tanzanie

Porteur chargé de la vaisselle au Kilimandjaro, Tanzanie

Colobe guéréza dans un arbre à Forest Camp, Tanzanie

Colobe guéréza dans un arbre à Mti Mkubwa, Tanzanie

Sentier dans la forêt de la voie Lemosho sur le Kilimandjaro

Forêt tropicale le long de la voie Lemosho du Kilimandjaro, Tanzanie

Guide et porteur dans la forêt de la voie Lemosho, Tanzanie

Forêt tropicale humide au bas du Kilimandjaro, Tanzanie

Dismas Agger, guide du Kilimandjaro, Tanzanie

John, chef de cuisine sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Porteurs dans la forêt humide du Kilimandjaro, Tanzanie

Cheveux d'ange sur les arbres du Kilimandjaro, Tanzanie

Ciel bleu et forêt du Kilimandjaro, Tanzanie

Lande de bruyères sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Porteur qui ramasse des plantes médicinales sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Paysage de lande de bruyères sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Porteur et sa lourde charge sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Les pentes inférieures du Kilimandjaro, Tanzanie

Porteur du Kilimandjaro près de Shira Ridge, Tanzanie

Herbes sur le plateau de Shira au Kilimandjaro, Tanzanie

Cairns sur le plateau de Shira au Kilimandjaro, Tanzanie

Tentes au camp Shira 1 sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Campement Shira 1 sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Pascal les bras ouverts au camp Shira 1 sur le Kilimandjaro

Porteur qui se repose au camp Shira 1 sur le Kilimandjaro

Nuages et ciel bleu au camp Shira 1 sur le Kilimandjaro, Tanzanie

Le sommet du Kilimandjaro depuis le camp Shira 1, Tanzanie

Nuit étoilée et tentes au camp Shira 1 sur le Kilimandjaro

Où se trouve le parc national du Kilimandjaro ?

Le parc national du Kilimandjaro se situe dans la partie nord-orientale de la Tanzanie, à proximité de la frontière avec le Kenya et est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987.

Qui est l'auteur ?
Photographe voyageur et blogueur, Pascal est un peu tout ça à la fois. Il vit en Suisse depuis toujours mais n’hésite pas à quitter le pays aussi souvent que possible pour assouvir sa soif de découvertes et d’aventures [ Plus d’infos et contact ]

Tu as aimé cet article ?

Les derniers articles de ce blog voyage directement dans ta boîte aux lettres. Pour voyager gratos depuis ton bureau !